En France, bien qu’il soit souvent dit que l’origine des œufs de Pâques était liée à l’interdiction de la consommation des œufs pendant le carême, les premiers textes qui parlent de cette tradition concernent l’Alsace et remontent au xve siècle, époque à laquelle le jeûne du carême catholique avait été considérablement allégé.

Cette tradition de conserver les œufs pondus pendant le carême puis de les décorer avant de les offrir à Pâques se développe surtout dans les cours royales avant de se diffuser dans les familles bourgeoises.

La coutume des oeufs de Pâques n’est certifiée qu’au cours du XVIème siècle à la cour des rois de France. D’une simple tradition, le roi Louis XIV en fît aussi une institution. D’une part, ses gens devaient lui apporter le plus gros œuf pondu en son royaume durant la Semaine Sainte et, lui-même, le jour de Pâques, entouré de grandes corbeilles, distribuait en personne des œufs peints à la feuille d’or à ses courtisans aussi bien qu’à ses serviteurs.

La surprise contenue dans l’œuf est une tradition qui remonte au XVIème siècle, et certaines sont même passées à l’histoire tant elles étaient exceptionnelles : c’est le cas de la statuette de Cupidon renfermée dans un énorme œuf de Pâques offert par Louis XV à Madame du Barry, du brûle-parfum trouvé en 1770 par Catherine II ou encore de la minuscule poulette cachée dans un œuf précieux conservé à Copenhague dans les collections royales du château de Rosemborg.