Le château de Fontainebleau présente actuellement  une exposition  jusqu’ au 31 août 2021, pour mettre en avant l’incroyable travail de Jean Alaux, qui s’est occupé de la restauration de la salle de bal du château en 1834. Intitulée “La renaissance de la Renaissance”, cette exposition fait honneur au peintre qui avait créé ces magnifiques décors à la demande de Louis-Philippe.

Des siècles après sa création, elle nous enchante toujours autant. La salle de bal du château de Fontainebleau est un trésor qui n’a pas toujours eu cet aspect-là. Pour découvrir cette pièce et la restauration dont elle a fait l’objet, le château nous invite à venir découvrir l’exposition qui dévoile tous les secrets de ce décor somptueux. Avec La renaissance de la Renaissance. Jean Alaux et la restauration de la salle de Bal, on fait connaissance avec le peintre qui a créé un chef-d’œuvre si remarquable.

Cette exposition, rassemble un ensemble d’huiles sur toile de la main de Jean Alaux, le peintre choisi par Louis-Philippe pour décorer cette salle de bal, lieu essentiel du palais lorsque l’on est un souverain qui veut distraire sa Cour et montrer son faste. Les œuvres de Jean Alaux s’admirent partout dans la pièce, et l’on peut découvrir la façon dont elles ont été pensées et adaptées à l’architecture du château grâce à ces documents d’archives. Bien sûr, il ne faut pas manquer d’observer chaque recoin de cette salle de bal fraîchement décorée, mais il est peu probable que vous oubliiez de le faire. La splendeur, le luxe, le raffinement qui émanent de cette pièce suffisent à vous hypnotiser, et on se prend à esquisser quelques pas de danse dans ce lieu qui a hébergé les fêtes les plus somptueuses possibles.

À l’origine, le décor de cette salle fut imaginé par Francesco Primaticcio et exécuté par une équipe d’artistes dirigée par Nicolo dell’Abate, alors fraîchement arrivé de Modène à la cour du roi Henri II. Dans ce lieu dédié aux plaisirs et à la réjouissance, on retrouve des compositions évoquent l’importance du pain et du vin, propices à inspirer l’Amour, la musique et la danse, les Grâces et les Dieux, à rythmer les chasses et le cours des saisons.  En 1834, Louis-Philippe ordonne la restauration de cette pièce, alors très détériorée. Entre en scène Jean Alaux et son savoir-faire. Le peintre va redonner ses lettres de noblesse à cette salle de bal en faisant renaître le décor typique du maniérisme bellifontain, déployé par les premiers artistes qui ont décoré ce lieu.

Cliquez sur les images pour les visualiser