Le domaine familial de d’Artagnan, situé dans le Gers près d’Auch, a été mis en vente depuis mi-avril pour 2,5 millions d’euros. Le château de Castelmore est le témoin de 10 siècles d’histoire. Son origine se situe entre le XIème et le XIIème siècle, mais c’est la naissance vers 1615, dans ce château, de Charles de Batz, plus connu sous le nom de « d’Artagnan » qui lui confère sa notoriété.

Le château appartenait au député gersois Yves-Marie Rispat, décédé en 2015. Un tour de façade ronde, deux pavillons carrés, un superbe escalier de bois à trois virages, carrelages d’époque, cheminées monumentales ; bien qu’il ait été plusieurs fois remanié, le château, dont les parties les plus anciennes datent du XIIe siècle, a conservé la silhouette que lui a connu Charles de Batz.

Charles de Batz, « le comte d’Artagnan »

Devant ce château, il est facile de s’imaginer le bouillonnant jeune homme cavalcadant dans l’immense domaine. Charles de Batz a quitté Castelmore vers 20 ans, pour s’engager auprès du roi Louis XIV. Lorsque le jeune Charles de Batz quitte Castelmore pour Paris, il décide ; comme deux de ses frères qui s’engagent dans le métier des armes ; d’utiliser le nom de la terre d’Artagnan, qui était une seigneurie, possédée par la famille de sa mère, Françoise de Montesquiou d’Artagnan

D’Artagnan est revenu en son château natal, au moins une fois, lorsqu’il accompagna Louis XIV se marier avec Marie-Thérèse d’Autriche à Saint-Jean-de-Luz. Le cortège royal fit étape tout près de Castelmore, à Vic-Fezensac, le 25 avril 1660. Capitaine lieutenant des mousquetaires de Louis XIV ; une des charges les plus importantes du royaume ; il meurt durant le siège de Maastricht en 1673.

Pour « un véritable projet »

Le château a pu revivre l’été dernier ses heures de gloire, puisqu’un docu-fiction (disponible sur Arte jusqu’au 8 juin) y a été tourné, retraçant les vies parallèles du vrai capitaine d’Artagnan et du héros imaginé par Alexandre Dumas. Un très gros succès pour la chaîne puisque ce documentaire a rencontré un franc succès, dépassant le million de téléspectateurs.

Au sein du village de Lupiac, la maire Véronique Thieux-Louit sait l’importance de D’Artagnan et du musée qui lui est consacré pour la vie locale. Pour cette raison, elle aimerait que le château ; dont plusieurs parties, le hall d’entrée et son escalier monumental, sont classées aux Monuments historiques ; “ne reste pas dans le domaine privé”. Elle aimerait qu’il y naisse “un véritable projet”, avec une “ouverture au public un jour.”

Voici quelques photos du château et de ses intérieurs. Cliquez sur les images pour les visualiser