La mondialisation apparaît désormais comme notre cadre de vie, influençant nos comportements économiques et de consommation, et, au-delà, nos manières de sentir, de penser et, donc, d’agir. Dans ce processus de mondialisation, ou face à lui, que peut la France, et que pourrait la Monarchie ? S’interroger sur cela ne signifie pas nier ce qui est, mais plutôt chercher à le comprendre, pour s’en défendre ou pour y répondre. Il ne s’agit pas d’un repli sur soi, d’un isolement qui, pour splendide que certains le verraient, serait, en définitive, mortel pour ce qu’il s’agit de préserver et de transmettre, mais d’une affirmation de soi, de l’exercice de la « liberté d’être » qui est d’abord un pouvoir, la possibilité d’être soi-même et de tracer son propre chemin dans l’histoire, ce qui donne une « raison de vivre » à notre pays, au delà même de ses conditions économiques d’existence.

Pour cela, la France a de nombreux atouts, qu’ils soient économiques, culturels, diplomatiques, politiques, géopolitiques, mais elle semble parfois incapable de les valoriser, y compris aux yeux et aux cœurs de ses natifs ou de ceux qui l’ont rejointe en ces dernières décennies. Et pourtant ! La France est une puissance moyenne, mais une puissance quand même, une puissance qui, par sa taille même, peut jouer un rôle de médiation entre les puissances impériales et les nations. Tenir son rang, c’est ne pas céder à la tentation impériale qui fut celle de Napoléon et de la Troisième République (sous des formes différentes selon le cas évoqué), ni au tropisme de l’empire des autres : de Gaulle, dans la lignée des Capétiens, a rappelé ce que pouvait être une politique française d’indépendance, en écoutant les uns et les autres sans forcément leur céder. Si Kennedy en conçut quelque dépit, son concurrent Nixon (malgré tous ses défauts) comprit alors ce qu’était la France « historiquement libre », et il la respecta beaucoup plus que nombre de ses successeurs…

Tenir sa place dans le concert des nations

Pour tenir sa place dans le concert des nations, la France se doit d’être elle-même et d’avoir la volonté de sa liberté, mais aussi d’enraciner sa politique dans la durée et la mémoire, ce que, mieux qu’une République présidentielle ou parlementaire, peut faire et assumer une Monarchie royale qui ne détient pas son pouvoir ni sa légitimité d’un « vote de fracture » d’une majorité contre une minorité : par essence, la Monarchie royale, « non élue », n’est pas d’un camp contre l’autre, elle est au-dessus de la mêlée politique sans pour autant être indifférente ou insignifiante.

En somme, elle est arbitrale, et, comme l’arbitre d’une rencontre de balle-au-pied, elle suit la partie mais ne la joue pas, se contentant de « distinguer » entre des points de vue qui peuvent être, pour de multiples raisons, divergents, et de décider de valider ou non telle ou telle option de grande politique, par sa signature ou son « conseil ».

Car la Monarchie royale, de par sa position au-dessus des débats politiques et des actes gouvernementaux eux-mêmes, et en dehors du Pays légal partisan (sans pour autant méconnaître son existence et nier ses particularités, ce qui ne veut pas forcément dire que le souverain s’en satisfasse…), assume et incarne l’unité de la nation, comme une sorte de clé de voûte discrète et trop haute pour qu’on l’aperçoive nettement ou que l’on s’y intéresse vraiment en temps ordinaires. Les temps de grande crise (militaire ou, ici, sanitaire) révèlent la force discrète et tranquille de la Couronne, en offrant aux citoyens un point de repère dans la tempête qui, comme un phare scintillant, rassure, prévient et prémunit ainsi du danger.

« Voici une autorité unipersonnelle. Elle n’est pas affectée par les changements politiques qui peuvent intervenir dans les hémicycles parlementaires. Elle n’est pas tributaire d’une élection périodique. Elle n’est pas affectée par la composition en mosaïque qui préside à l’aménagement des autres institutions publiques. Peut-être même fait-elle, dans les États les plus diversifiés ou les plus complexes, figure de symbole des préoccupations communes ? » (Extrait de l’article de Francis Delpérée publié dans Diplomatie de mai-juin 2019 qui évoque longuement les monarchies d’Europe)

La parole royale

Le souverain est celui qui porte, à travers sa personne (qui n’est « une » que physiquement, étant « famille » historiquement et étatiquement, et se voulant « toutes » nationalement), la charge émotionnelle de l’État, comme la protection accordée à tous : il apparaît comme une sorte d’intercesseur entre les individus de la nation et des forces mystérieuses auxquelles l’on croit plus facilement, parfois de façon superstitieuse plus que religieuse, dans les périodes agitées ou sombres de l’histoire. Marc Bloch avait bien compris cela quand il évoquait les « rois thaumaturges » et « le mystère de Reims », sortant apparemment du simple « rationnel » pour voir plus profond dans la psychologie des hommes… C’est cette sorte de « magie » qui fait que la Monarchie, quelle qu’elle soit son influence réelle sur les événements et sur les pouvoirs, est écoutée quand les pouvoirs gouvernementaux sont, eux, plus facilement accusés (à tort ou à raison, selon les cas) de « ne pas tout dire » : la parole royale n’est pas attendue comme une explication ni comme une médication, mais comme une médiation et un appel à une sorte « d’au-delà du politique ». Du coup, elle donne du sens aux choses, et s’avère plus rassurante, voire plus « résistante » : elle n’est pas une promesse, elle est plutôt l’espérance ou, en reprenant le fameux mot de Bernanos, « le désespoir surmonté ».

Il n’est que de relire le message du roi George, père d’Élisabeth, ce fameux « discours d’un roi » dont le beau film éponyme montre l’élaboration difficile. La reine sa fille, 80 ans après, poursuit cette œuvre royale : « Venant d’une souveraine qui a connu les heures les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale, les mots prennent un sens rare. Et c’est bien à cet « esprit de la nation » cher à son père, le roi George VI, qu’elle a, dans ce discours écrit par ses soins, subtilement fait appel. ». Et il est intéressant de noter que, dans les monarchies d’Europe où le monarque s’est exprimé, le ressenti a été le même : « à l’ombre des grands arbres, l’on se presse pour éviter les feux trop brûlants du soleil ou les chutes infernales des eaux sur terre », pourrait-on dire. Cela est d’autant plus visible quand les gouvernements locaux sont controversés…

La royauté s’enracine dans une histoire et un temps long

La Monarchie n’est pas qu’un intermède entre deux élections, elle s’enracine dans une histoire et un temps long dont la dynastie représente le tronc et les racines parfois tourmentées… Quelles que soient les formes qu’elle prend selon les États et les histoires, elle veut s’inscrire dans une logique, non de facilité, mais d’éternité de l’espérance : « Les beaux jours reviendront. Nous reverrons nos amis. Nous reverrons nos familles. Nous serons à nouveau réunis. », disait tranquillement la reine Élisabeth au cœur même de la crise sanitaire de 2020… Cette éternité qui permet aussi de penser et de voir, d’espérer au-delà de nos propres existences : « J’espère que ceux nés après nous diront que les Britanniques de cette génération étaient aussi forts que leurs aînés. La fierté de ce que nous sommes n’appartient pas à notre passé. Elle définit notre présent et notre futur ». Le discours d’une reine…

Le vieux royaliste français que je suis constate ainsi, avec un brin d’amertume ou d’envie, que c’est la Monarchie anglaise qui, aujourd’hui, attire les regards et les sourires attendris et même la sympathie quand elle paraît attaquée par d’anciens de ses membres, quand le style de M. Macron, malgré une séduction certaine dans les débuts, a tendance à irriter sans convaincre nos partenaires et interlocuteurs internationaux.

Sans doute, dira-t-on, les enjeux ne sont pas les mêmes, mais la présence d’un État au monde et sa crédibilité intérieure dépendent aussi beaucoup du « spectacle » de sa magistrature suprême, quelle qu’elle soit, ce que le républicain Régis Debray avait déjà souligné dans sa préface au livre d’Yves La Marck, « Monarchie et politique étrangère », préface qu’il faudrait toute entière retranscrire et commenter. « La famille royale britannique n’est-elle pour rien dans les succès de longévité du Commonwealth, qui font réfléchir tant de partisans d’une Communauté francophone mondiale, cette famille d’orphelins épars, sans force car sans prestige ni représentation ? Le principe animal de l’hérédité, avec pedigrees et saillies sur contrat, comme fondement de légitimité, ne jette-t-il pas quelque noire lumière sur nos régimes d’opinion et les carences de stratégie internationale qui en dérivent ? » Effectivement, ces questions méritent d’être posées et d’autant plus aujourd’hui lorsque l’on constate la grande difficulté de la diplomatie française à trouver des soutiens, non seulement fiables mais fidèles, dans un monde de plus en plus instable et « balkanisé » ou, plus exactement, en pleine recomposition mondiale et redistribution des puissances et alliances : si les efforts du président Macron sont bien réels (même si on peut ne pas être toujours d’accord avec leur orientation), ils apparaissent souvent vains dans une Union Européenne qui ne partage pas la vision, toute française, d’une « Europe puissance » capable d’exister par elle-même. Même si l’actuel locataire de l’Élysée a bien intégré les mécanismes du spectacle d’État, il lui manque cet enracinement dans un terreau historique et familial qui fait la force de la Monarchie au Royaume-Uni, et cette inscription dans le temps « qui polit au lieu d’épuiser ».

Les diplomates français savent sans doute cela aussi, et M. Macron, qui connaît l’histoire, doit le ressentir un peu amèrement en constatant sa grande, sa douloureuse solitude de Chef d’État d’une République trop grasse et trop désabusée pour s’imaginer encore un destin. Au dîner d’État offert par Donald Trump aux époux Macron il y a quelques années, une fleur de lys ornait le menu officiel pour symboliser la France (Léon Daudet y aurait vu un heureux « intersigne ») : le jeune président français, qui connaît l’importance des symboles, a pu alors méditer, peut-être, sur « le malheur d’être en République quand on est la France »

 


Jean-Philippe Chauvin